06/06/2012

Pour l'amour du 12

IMG_0001.jpgHeureux qui comme Henri Roth aime le tram 12. Et fait le bonheur de son lecteur genevois en en reconstituant l’épopée ! Il était temps. Que de péripéties autour de ce noble transport, dont les rails se prolongeant dans tout le canton furent arrachés à l’heure des années de fascination de la voiture ; pour reconquérir enfin, ligne par ligne, sa noblesse sous la pression du peuple.
Avec la plume et le sens de l’enquête du journaliste qu’il fut, Henri Roth nous informe et nous fait rêver dans ce récit qui débute à la fin du XIXème siècle. Doté de surcroît d’une riche iconographie, l’ouvrage va ainsi bien plus loin qu’un document de commande historique : la plus ancienne ligne d’Europe est un fil rouge nous incitant à revivre les modes et les mœurs dont elle a été le témoin.
Une aventure qui avait pourtant démarré dans l’indifférence générale. Car elle fut celle d’entrepreneurs privés devant des pouvoirs publics réticents, une bonne dizaine dont plusieurs firent faillite. Prouesse technique et entrepreneuriale, la ligne 12 ne fascinera que les femmes et les poètes et c’est tant mieux. Trop lent, souvent bloqué et bondé, il est l’anti modernité par excellence. « Il est comme nous, le tram 12, bourré de contradictions. Il nous agace, nous déçoit, mais nous aide à vivre. C’est pour cela qu’on l’aime, avec ses défauts, comme un être chéri depuis longtemps. »
Son appellation est pour l’heure préservée, nous rassure l’auteur. En tout cas jusqu’à l’inauguration du CEVA en 2017. Même que son déploiement devrait se poursuivre en France…



Le tram 12 raconte Genève, 1862-2012. Par Henri Roth. Editions Slatkine. 180 pages.

Les commentaires sont fermés.