12/03/2010

Le fils Gandur


gandur.jpgJe viens dire ici que le don de M. Gandur au Musée d’art et d’histoire est celui d’un homme remarquable. Comme le fut son père. Je l’ai bien connu, il était mon médecin de famille à Gryon, à la montagne. Tout le monde disait qu’il était « son » médecin. Il se déplaçait, comme on ne le fait plus de nos jours. Vous ouvriez la porte et c’est peu dire qu’à la seule rencontre de cet homme simple, aux yeux ardents et au cœur irradiant – il ressemblait singulièrement à Gandhi – vous étiez guéri. Il émanait de lui une rare sagesse, orientale, rayonnante. Etranger, il n’avait pas droit à l’installation. C’est pourquoi il pratiquait en montagne, son permis de pratiquer renouvelé de cinq ans en cinq ans. Infatigablement, par n’importe quel temps, il visitait ses patients jusqu’aux chalets les plus inaccessibles. Décédé voici quelques années, l’humble docteur Gandur était l’une des figures les plus maquantes de la région. Je suis certain que comme moi, toute personne qui passe devant son chalet vide où demeure sa plaque, a le cœur serré. On évoquait son fils qu’on ne connaissait pas. Il paraissait qu’il avait fait des études. Qu’il s’était lancé dans le pétrole. Qu’il avait réussi comme personne. Je viens dire ici que la réussite du « fils Gandur » fait honneur à son père : il ne la doit qu’à lui-même, à sa noble intelligence et à sa grandeur d’âme. Le don qu’il fait au Musée va bien au-delà de l’argent. Il signe le souci d’un homme cherchant, au cœur de la culture, à tisser un lien ferme et dépourvu de stratégie entre l’Orient et l’Occident. Il revêt un sens profond non seulement pour son donateur mais pour l’esprit même de Genève, ville de paix.

Commentaires

Pareil pour moi, le docteur "Gandour" était le médecin attitré de notre pensionnat, à Chesières... C'était en 1972-3 et je m'en rappelle encore...

Écrit par : farid | 12/03/2010

Magnifique , pour le geste ,pour l exemple , pour l avenir.
Tout simplement merci Monsieur Gandour.
Luc Barthassat.

Écrit par : barthassat luc | 12/03/2010

Environ 70'000 genevois vivent dans la précarités, certains d'entre eux vont être expulsés de leurs logements faute de pouvoir en payer les loyers!

Mais vous reprendrez bien un peu de Champagne pour finir vos petits fours?

Écrit par : dominiquedegoumois | 12/03/2010

Les commentaires sont fermés.