08/05/2009

Une sorcière mal aimée

sorcière de porquerac.jpg
sorcière de porquerac.jpg

sorcière de porquerac.jpgVoici un livre à remettre dans toutes les mains des jeunes ! C’est l’histoire terrible et magnifique de la sorcière de Porquerac. Brrr, une jeune fille née de l’aventure et pour l’aventure. Elle s’appelle Camée, « à cause de ses yeux si particuliers » qui rappelaient à sa mère ce petit bijou, une pierre taillée noir et blanc, lisse et brillante, un camée.
Une belle fille, ça se voyait dès sa naissance, vouée tôt à elle-même pour cause de père absent et de mère au labeur. De sorte qu’en ce 16ème siècle débutant, la forêt constitue son unique royaume. C’est d’ailleurs dans la forêt qu’elle apprend à si bien utiliser les plantes, à reconnaitre les graines de pavot et les racines de jusquiame.
La suite, on la devine. Mais pas forcément les jeunes. Et quoi qu’il en soit, on est immédiatement saisi par le récit emmené d’une main de maître. Fort bien écrit, au ton juste et puissant, ce conte de Roland Godel emporte l’adhésion de tout lecteur. C’est qu’il n’en est pas à son coup d’essai : l’auteur écrit des contes et romans pour la jeunesse. Son dernier ouvrage Les Petits Secrets de la pension Mimosas a remporté le Prix Chronos 2008.
Or, l’intérêt du livre, au-delà du premier degré de son récit, réside tout autant dans sa problématique. Sensibilisé depuis tout jeune à la traque aux sorcières (la dernière avait été brûlée à l’emplacement de l’immeuble où il avait vécu), Roland Godel évoque avec finesse et talent « ce curieux mélange d’attirance, de rejet et de peur que, depuis toujours, les hommes éprouvent face aux femmes qui leur semblent tout trop libres et rebelles. » Aujourd’hui encore, en certaines régions du monde, les femmes insoumises subissent des châtiments qui, parfois, les conduisent à la mort.
Pour un premier roman chez Seuil, voilà une belle réussite. D’ores et déjà, on attend le suivant. En espérant que l’éditeur le relie un peu plus solidement.
Serge Bimpage
La Sorcière de Porquerac, par Roland Godel. Editions Seuil, 158 pages.

Commentaires

Miracle, Jean a libéré mon ami Serge qui se souvient qu'il a un blog et un site très beau. Et puisque qu'on en est aux confidences, je me suis demandé ce matin en lisant dans la Julie le papier d'Estèbe sur la cuvée Calvin, si, dans un esprit devin oecuménique, l'EPG allait oser en offrir un carton à l'ECG à l'usage du vin de messe? Ultime question, l'apparition des trois imagettes ci-dessus est-il l'illustration d'un essai manqué ou celle d'un effet de style? Douce nuit cher ami, c'est le temps des rossignols.

Écrit par : jf Mabut | 08/05/2009

Mais oui, Serge, c'est un plaisir de te lire grâce aux sorcières de Godel (fils?) ! Me réjouis d'aller déguster cette fameuse cuvée Calvin!

Écrit par : jmo | 09/05/2009

merci, le mérite est au livre! qui êtes-vous? très cordialement

Écrit par : bimpage | 21/04/2010

Les commentaires sont fermés.